Impressions de luxe : ajouter de la valeur à vos documents

L’ennoblissement apporte une valeur ajoutée à un document en lui offrant un caractère chic. Il s’agit de techniques haut de gamme, complémentaires à l’impression. Les plus connues sont : le film protecteur transparent (vernis ou pelliculage), l’ajout d’un matériau noble (or, argent, pierres précieuses) ou encore une découpe spécifique.

Un peu d’histoire

De nos jours, ce terme évoque généralement l’application d’un film protecteur transparent sur l’imprimé. L’étymologie nous renvoie toutefois plusieurs centaines d’années en arrière.

A l’époque médiévale, les moines copistes ornaient leurs enluminures de matériaux nobles : or, argent, pierres précieuses. Les manuscrits «ennoblis» étaient d’authentiques chefs-d’œuvre.
Les mêmes techniques sont encore utilisées aujourd’hui, notamment pour les éditions de luxe en tirage limité. Ces tâches sont confiées à des spécialistes qui possèdent le savoir-faire nécessaire.

Vernis et pelliculage

Le vernis est l’une des formes les plus courante et répandue d’ennoblissement. En voici les raisons.

  • La première est d’ordre esthétique. Entièrement transparent, il n’altère pas les couleurs et va au contraire les rendre plus lumineuses. Le brillant accroît le rayonnement de l’imprimé.
  • Ensuite, le vernis offre une protection supplémentaire contre les détériorations et les UV.

Le vernis UV apporte un glacis super-brillant. Cet aspect confère à l’imprimé un aspect luxueux, comme sur les couvertures des magazines les plus prestigieux.
Il est possible d’apposer le vernis uniquement sur certaines parties de l’imprimé. Dans le jargon du métier, on parle de vernis sélectif ou de vernis de repérage. Ce vernis sélectif confère assurément un aspect haut de gamme aux impressions.
Enfin, le pelliculage consiste à coller sur l’imprimé un très mince film plastique, mat ou brillant. Cette méthode assure une protection supérieure et est souvent utilisée pour les couvertures de livres. Le pelliculage donne également un caractère d’exception aux imprimés.

Dorure à chaud ou encres métalliques

Ce procédé est celui qui se rapproche le plus des techniques d’ennoblissement d’antan. Dans le cas d’une dorure à chaud, certaines parties seront rehaussées d’un éclat métallique. Une feuille colorée ou métallisée est enduite de colle et comprimée sur le support à l’aide d’un fer à chaud. La feuille se rompt à la limite entre le chaud et le froid et seule la forme du fer subsiste. Les couleurs les plus demandées sont le doré et l’argenté. Les possibilités sont innombrables : autres métaux, couleurs mates, feuilles nacrées ou holographiques.

Les effets dorés et argentés peuvent également s’obtenir à l’aide d’encres métalliques. L’opération est plus aisée et meilleur marché. Le résultat, même s’il est de belle facture, ne vaut cependant pas l’éclat métallisé d’une dorure à feuille. Diverses nuances de teintes peuvent aussi naître du mélange d’une encre métallique avec d’autres couleurs

Gaufrage en relief et découpe à la forme

Forme très ancienne d’ennoblissement, le gaufrage (ou embossage) est une impression en relief, de texte, de logo ou de forme. On se sert à cet effet d’un fer à gaufrer ou d’une matrice que l’on appuie avec force afin de marquer le papier ou le carton. Le procédé peut être associé à une dorure à chaud ou à une impression.

Graphisme haut de gamme

La découpe est elle aussi très utilisée pour un effet haut de gamme. La technique permet d’éliminer certaines parties du papier. Une forme de découpe, tout comme pour le gaufrage, est pressée fortement sur la feuille. Pour fabriquer la forme, on reproduit la silhouette du motif. Les applications sont nombreuses : fardes à rabats, boîtes, fenêtres, onglets, découpe de logo…

Les autres effets spéciaux de l’imprimerie

Les techniques évoquées ci-dessus ne sont pas les seules. D’autres procédés d’ennoblissement existent. Pensez par exemple aux documents de la Loterie Nationale. Ceux-ci sont dotés d’une couche à gratter spéciale non transparente.

Les encres olfactives sont aussi de plus en plus en vogue. L’odeur est présente sous forme de microcapsules mélangées à la laque ou au vernis. Elle se libère lorsque l’on gratte la couche de l’ongle. Les impressions “à odeurs », sont un puissant outil de marketing.

Citons aussi les encres thermochromes. Elles changent de couleur en fonction de la température. Ou encore les encres luminescentes (fluorescentes ou phosphorescentes) qui brillent dans le noir.

En bref, que faut-il en retenir ?

Le secteur graphique a beaucoup évolué depuis les enlumineurs du Moyen Âge. Mais si la terminologie subsiste, son interprétation concrète a changé du tout au tout. Les technologies et procédés modernes offrent une multitude de possibilités inédites. Force est de constater qu’en dépit des progrès technologiques, les techniques anciennes, telles que le gaufrage ou la dorure à la feuille, continuent de s’exécuter à la manière de jadis. L’ancien et le nouveau se rejoignent autour d’un objectif commun : conférer une valeur ajoutée à l’imprimé.

Vous avez besoin d’un conseil pour donner un effet choc à vos imprimés ? Chez Mungo Graphic, nous collaborons exclusivement avec des imprimeurs qui connaissent leur métier. Aussi, Nous prendrons le temps d’analyser vos besoins, et d’y répondre au mieux.